Illustration_sans_titre 10.png

Le parfum

des retrouvailles

Un roman graphique faisant dialoguer dessins, photographies et récits croisés pour témoigner de la perte d’un être cher atteint de schizophrénie.

L’histoire se déroule à Agen, dans le Lot-et-Garonne, où Thierry Cassot vivait. On le découvre artiste, entouré de ses œuvres dans sa caverne d’Ali-Papa. De page en page on navigue dans cet espace intérieur, dans ses histoires qu’il pouvait raconter à sa fille,  dans cet endroit où il accumulait un grand nombre de ses trésors. Des statues antiques factices à de véritables objets d’art, Emmanuelle, sa fille a grandi dans ce monde partagé entre réalité et fiction.

 

Au travers de ce projet le lecteur découvre par un regard sensible l’envers du décor de la maladie mentale dont Thierry était atteint, de sa relation au monde et au cadre institutionnel médicalisé. Par une documentation élargie, l’autrice questionne notre rapport collectif et individuel à ce qu’on définit de folie au sein de notre société. Le parfum des retrouvailles témoigne de l’amour porté par l’autrice à son père atteint de schizophrénie et de ce qui constitue son héritage. Ce roman graphique abrite un cheminement personnel avec des questionnements, des doutes, des révoltes, des émotions, des souvenirs et des espoirs, qu’Emmanuelle porte aujourd’hui en tant que jeune femme. 

Entrée_1 2.jpg

Objectif 2022 : Soumettre le dossier à des maisons d'éditions. 

À propos

Le parfum des retrouvailles est un récit intime qui rend hommage à mon père décédé en mars 2019. Atteint de schizophrénie, il décide de mettre fin à ses jours en hôpital psychiatrique. Ce témoignage, sous forme de roman graphique, est avant tout un outil hybride et  personnel engageant un processus de deuil.

Ce recueil abrite dessins, écrits, collages, images,  photographies argentiques et numériques tant de documents qui me permettent de relater les faits que nous avons pu vivre ensemble et séparément. Cet album, qui n’est en aucun cas un ouvrage scientifique, transpose néanmoins de nombreuses recherches que j’ai pu effectuer sur les maladies mentales et de toutes les thématiques tentaculaires et gravitationnelles qui touchent au projet. 

 

Initialement, Le parfum des retrouvailles a été entrepris en mai 2018 suite à une énième tentative de suicide que mon père avait faite. S’en est suivi un moment d’absence de paroles de ma part. Non pas que je n’ai pas noirci de nombreuses pages blanches, mais l’incapacité de communiquer avec lui. J'ai alors pris conscience de l'urgence qu'il y avait pour moi d'aller vraiment à sa rencontre, de lui dire combien j'étais heureuse de l'avoir comme père, que malgré les difficultés de la vie, il avait toujours su me dire qu'il m'aimait et qu'il était fière de moi. Combien de parents soit disant "normaux" sont dans cette incapacité... J'avais envie de faire ce projet pour me rapprocher de lui, pour parler de son univers qui m'a toujours fasciné. Ce projet était aussi un prétexte personnel pour prendre le sujet de la schizophrénie à bras le corps, afin de tenter de comprendre les méandres de la maladie ...

 

En février 2019, je commençais donc une formation avec l’école de Duperré avec les cours municipaux de la ville de Paris (CMA) qui visait à l’accompagnement d’un projet d’édition et de narration. J’ai donc concrètement commencé ce travail à partir de ce moment-là. 

La mort de mon père un mois plus tard a inévitablement remis en question tout le projet. Le parfum des retrouvailles n’avait plus vraiment de sens pour moi, puisqu’à l’origine il était pour me rapprocher de mon père, pour mieux le connaître, pour mieux connaître la maladie et avoir enfin les outils nécessaires pour communiquer ensemble. Aujourd’hui, après de nombreux mois difficiles et de par les retours de mes différents cercles, j’ai pu prendre conscience que ce témoignage n’était pas un récit uniquement personnel.  Il pourrait permettre de délier la parole, de briser certains tabous, de faire avancer encore un peu plus le domaine de la maladie mentale et du regard qu’on lui porte. Sans prétention aucunes, il me semble que cela pourrait être un outil visant à vulgariser / rendre accessible la connaissance de la maladie mentale, comme ce qui a pu être fait avec l’autisme par exemple. Nous avons tous, de près ou de loin pu être confrontés à une situation où la folie est présente, et où ne savons pas comment y faire face.

Un remerciement particulier pour leur soutien au projet, sans qui Le parfum des retrouvailles ne pourrait pas se faire tout simplement. 

Laurent & Sofia Abergel / Lina Abergel / Mélanie Barey / Morgane Besse & Clément Billaquois / Manon Besançon / Yasmina Barbé-Boudhar / Lottie Brickert / Antoine Cartier / Clotilde Cassot / Brianne Caudron / Noémie Cédille / Juliette Chamblas / Ambre Clavel / Morgane Cocchi / Barbara Cousin / Sophie Cohen-Scali / Emmanuelle Derand /Antonin Duc Dodon & Ines / Estelle Dietrich / Cecile El Mekaoui / Lucie Garcia / Lisa Gaucher / Gaëlle & Omri Galron-Thomas / Camille Grandri / Magali Gueraud / Patricia Guiguet / Mylène Gouin / Juliette Hennequin / Malina Hervieu / Nadine Ibram / Carine Irenée / Michel Lainé / Alice Lepetit / Pablo Lepetit / Alexandra Le Metayer / Coline Lendormy / Myriam Lopez / Aneta Maziejewska / Guillaume Meex / Yoann Mahri / Hillel Marciano / Franck Navarrete / Maxime Pajot / Coline Polverel / Lucile ponsar / Pauline et Evelyne Richard / Mathias Rollot / Famille Tachouzin / Nidhal Taghouti / Clément Tourmente / Damiane Tourmente / Claude et Danielle Wejman / Jean-Baptiste Wejman / Déborah Willems.